.

Vous êtes ici

Le GIP Anti-Sargasses est lancé

Partager: 

 

C’est au port de pêche de Cosmy à Trinité que l’État, la CTM, CAP Nord Martinique, la CACEM et l’Espace Sud ont procédé lundi 15 mai à la signature constitutive du Groupement d’Intérêt Public Anti-Sargasses de Martinique.

 

Cette structure unique de gestion des sargasses sera en charge :

 

  • de la coordination et l’animation de la recherche scientifique,
  • de la coopération internationale sur la lutte contre les sargasses
  • de l’information et de l’accompagnement des habitants concernés
  • du pilotage du ramassage des algues sargasses en mer, sur terre, de leur transport et de leur valorisation.

 

 

« Ce sera un drame sanitaire si on ne réagit pas. Il faut sortir de ce cadre mono communal et aller dans un cadre plus large je suis très inquiet pour les populations les aquaculteurs…
Il faut entrer dans une politique commune », tonne Serge Letchimy, Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique.

 

 

« Ce problème qui nous gangrène est véritable… on n’a pas le choix, on doit faire quelque chose, ce sera une étape, nous signons un engagement fort. C’est une étape qui nous mènera vers la solution », lance Bruno Nestor Azérot, Président de CAP Nord Martinique.

 

 

« Si les communes du centre ne sont pas directement impactées par les sargasses, nous sommes dans le principe de la solidarité et du sens de la responsabilité. La CACEM à toute sa place dans l’action », explique Émile Gonier, 4ème vice-président de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique.

 

« J’ai appelé de mes vœux cette instance locale, la réussite de ce GIP Sargasses dépendra de nos engagements. Il faut garantir les dérogations, un fonds d’indemnisation des victimes, un véritable parcours de soins avec l’ARS », explique Samuel Tavernier, 1er vice-président de la Communauté d’Agglomération de l’Espace Sud. Ce dernier souhaite que cette nouvelle structure soit implantée dans l’une des communes impactées par les Sargasses.

 

Lors de son intervention, Jean-Christophe Bouvier a dit partager la détresse exprimée par les élus et les populations. « Ce GIP va nous lier collectivement ». Tout en rappelant que cette structure sera financée à 80 % par l’État.

 

 

Concrètement, avec cet opérateur unique, la CTM, l’État et les trois EPCI (CACEM, CAESM et CAP Nord) veulent apporter une réponse mutualisée, permanente dans la lutte contre les sargasses à l’échelle de la Martinique.

 

Actualités

Une procédure de vente de véhicules a été lancée par CAP Nord...

L’EPCI a lancé plusieurs chantiers d’envergures sur son territoire...

C’est la seconde fois que le territoire Nord est lauréat du Programme Territoires d’Industrie...

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.