.

Vous êtes ici

L’accès aux soins est une priorité pour CAP Nord Martinique

Partager: 

 

La récente crise sanitaire (COVID 19) et son impact sur la population ont de nouveau mis en exergue les disparités du territoire en matière de prise en charge des patients. Face aux déserts médicaux des solutions comme l’e-santé est à l’étude.

 

L’Agence Régionale de Santé de Martinique a classé la majorité des communes du Nord en zone prioritaire.
Ce constat met en relief de vraies difficultés pour l’accès aux soins. L’e-santé semble aujourd’hui être une solution pour assurer la continuité des soins.

Concrètement, elle permettra de répondre aux problématiques de notre territoire à savoir la désertification médicale, le vieillissement de la population ou encore la prise en charge de la dépendance.

C’est dans ce contexte que CAP Nord Martinique envisage de mettre en place un laboratoire e-santé. En fait, il aurait pour mission de développer et d’expérimenter des services et usages numériques pour améliorer la prise en charge et l’accompagnement des personnes âgées et/ou isolées et favoriser leur maintien à domicile.

Il faut bien entendu rappeler que dans le cadre de sa compétence Développement Numérique, l’EPCI à l’ambition de faire du numérique un levier d’attractivité du territoire Nord.

En clair, une terre d’expérimentation et d’innovation en créant les conditions favorables au développement de projets innovants (notamment les laboratoires des usages : Médi@lab, FabLab, laboratoire e-santé et laboratoire de réalité virtuelle...).

 

 

Une expérimentation sur le territoire est à l’étude

 

La diminution de l’offre de soins (alors que la demande augmente du fait du vieillissement de la population), l’absence de modernité des logiciels métiers des professionnels de santé (qui n’offrent pas la possibilité de communiquer de façon instantanée et coordonnée entre les différents professionnels de santé)… ont poussé une secrétaire médicale et deux médecins à créer en 2020 MADOC santé.

Il s’agit d’une plateforme e-santé qui devrait permettre d’améliorer l’accès à l’offre de soins tout en simplifiant les échanges entre professionnels, patients et aidants.

Le 9 mars dernier, le docteur Johan Joseph-Auguste est venu présenter ce projet aux élus lors d’un Bureau Communautaire.

 

 

Il a expliqué que cette expérimentation pourra par exemple porter sur les patients isolés et/ou en perte d’autonomie. Ces derniers seront équipés d’objets connectés adaptés à leurs pathologies afin de récolter des données et de prévenir certaines décompensations. Cela permettra d’intervenir rapidement afin d’éviter un passage aux urgences très coûteux et très traumatisant pour certains.

Comme l’a indiqué le docteur Johan Joseph-Auguste aux élus, il ne s’agit pas de se substituer aux soignants déjà en place, mais de les former. L’objectif est de créer un vrai maillage en apportant une réponse adaptée aux patients et à leurs aidants.

Le projet n’exclut pas les patients en situation précaire (sans domicile fixe, toxicomane....) au cours de son intervention il a mis en avant la nécessité pour chaque commune de mettre à disposition une salle de consultation où les professionnels de santé (infirmiers, médecins...) pourront consulter une à deux fois par semaine. Le docteur Joseph-Auguste a répondu aux nombreuses interrogations des élus notamment en matière de sécurité et du secret médical. À l’issue des débats, comme les membres de la Commission développement numérique, les élus du Bureau Communautaire ont émis un avis favorable sur la réalisation de cette expérimentation.

 

Actualités

Une procédure de vente de véhicules a été lancée par CAP Nord...

L’EPCI a lancé plusieurs chantiers d’envergures sur son territoire...

C’est la seconde fois que le territoire Nord est lauréat du Programme Territoires d’Industrie...

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.