.

Vous êtes ici

« Nous devons rester vigilants et accélérer la modernisation de cette station de traitement d’eau »

Partager: 

 

Suite à la pollution d’origine accidentelle sur une partie de la rivière Galion au quartier Tamarin au Gros-Morne, mercredi 7 juin, Bruno Nestor Azérot, Gilbert Couturier et les responsables de la SME se sont retrouvés à la mairie du Gros-Morne. L’occasion de revenir sur cet incident et d’apporter des réponses pour l’avenir.

 

Le 20 mai dernier, la cassure d’une canalisation d’une station de traitement d’eau potable dans ce secteur a momentanément changé le taux d’acidité de l’eau de la rivière. En fait, cela s’explique par la présence de chaux éteinte dans ce déversement qui a ponctuellement déséquilibré le milieu puisque des poissons et des écrevisses morts vont remonter à la surface. Un phénomène qui a suscité l’inquiétude de Gilbert Couturier, maire du Gros-Morne. Interpellé notamment par l’un de ses administrés c’est ce dernier qui a donné l’alerte. Il s’avère que face à cette situation les services de la SME n’ont pas tardé à réagir et maîtrisé la pollution.
C’est dans ce contexte que Bruno Nestor Azérot accompagné des services concernés s’est rendu à la mairie du Gros-Morne pour une rencontre avec Gilbert Couturier en présence des responsables et techniciens de la SME.

 « J’ai voulu cette rencontre pour construire… apporter des réponses aux problèmes dont nous sommes confrontés. Lorsqu’il n’y a pas suffisamment de communications, il y a de la place pour beaucoup d’interprétations », explique Bruno Nestor Azérot. Le Président de CAPNM a salué la réactivité de la SME tout en soulignant qu’il faut que l’information soit portée aux élus. « C’est vrai que l’outil est vieillissant. Nous devons aller devant la population avec des propositions »

 

 

Déterminer un calendrier pour moderniser l’outil…

 

Lors de son intervention, Patrice Ponamah, directeur adjoint de la SME est d’abord revenu sur les circonstances de cet incident et s’est montré rassurant en indiquant que l’exploitant va faire plus de prévention sur le site. « Des prélèvements en interne et en externe ont été faits… le milieu naturel est revenu à sa situation normale », explique encore Patrice Ponamah.

 

 

« Avec l’exploitant nous avons fait un rapport qui a été transmis à la Police de l’Eau. Le déversement a duré 30 minutes au maximum. Sur le long terme, il est prévu que cette usine soit modernisée », déclare Marc-Michel Deau, directeur de l’Eau et l’Assainissement à CAP Nord Martinique.

 

 

En effet, cette modernisation est inscrite dans le Contrat de Progrès des Services Publics de l’Eau Potable et de l’Assainissement. Concrètement, il a pour vocation d’accompagner les collectivités compétentes dans l’amélioration du service rendu à leurs usagers en matière d’eau potable et d’assainissement, en leur proposant un nouveau mode de contractualisation.

« Ce qu’il faut maintenant préciser c’est le calendrier d’actions pour rassurer la population », souligne Bruno Nestor Azérot. Justement, Gilbert Couturier, le maire du Gros-Morne, préconise la tenue d’une rencontre dans sa ville avec la population et tous les acteurs du dossier.

 

 

 

 

 

 

Actualités

Une procédure de vente de véhicules a été lancée par CAP Nord...

L’EPCI a lancé plusieurs chantiers d’envergures sur son territoire...

C’est la seconde fois que le territoire Nord est lauréat du Programme Territoires d’Industrie...

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.