.

Vous êtes ici

Lancement d’études sociales et du bâti à Cité Grenade

Partager: 

 

Le Président de CAP Nord Martinique, Bruno Nestor Azérot a informé jeudi 03 mars les habitants de la Cité Grenade à Ajoupa-Bouillon que des études seront menées dès la semaine prochaine. Au cœur du dossier la présence d’amiantes dans les 50 habitations de cette cité.

 

C’est sans conteste une avancée dans ce dossier qui remonte à plusieurs années. Où les riverains qui se sont constitués en collectif réclame une meilleure prise en compte de leurs doléances. Depuis son accession à la tête de l’EPCI, Bruno Nestor Azérot et son équipe ne ménagent pas leurs efforts pour faire bouger un dossier qui s’avère très complexe.

 

 

L’histoire de la Cité Grenade, commence au début des années 1980, quand la commune d’Ajoupa-Bouillon fait construire 50 logements sur un terrain communal. Au cours de cette opération 10 lots ont été vendus en vente directe et 40 lots par le biais de contrats en location-vente. Les constructions ont été réalisées avec des matériaux à base d’amiante qui ont été interdits quelques années après leurs livraisons. L’amiante est présente en toiture, façades et cloisons. Il apparaît également qu’à cause du manque d’entretien certaines bâtisses sont fortement dégradées.
Et c’est en 2018 qu’un comité de défense va se constituer afin de poursuivre la commune pour l’obtention de leur titre de propriété et le retrait de l’amiante dans les constructions.
​L’affaire est à l’instruction depuis janvier 2019 devant la justice. C’est dans ce contexte que la ville d’Ajoupa-Bouillon a sollicité CAP Nord Martinique afin d’intégrer le traitement de cette situation en action prioritaire au sein de l’étude Plan Intercommunal de Lutte contre l’Habitat Indigne (PILHI).

 

 

À quoi serviront ces études ?

 

Aujourd’hui, pour résoudre les problèmes liés à la dégradation du bâti et à la situation sanitaire des occupants, CAP Nord Martinique lance des études pré-opérationnelles pour l’aménagement complémentaire de la Cité Grenade et la réhabilitation et/ou démolition/reconstruction des logements dans le cadre d’une opération de Résorption de l’Habitat Insalubre (RHI).
Concrètement, ces études doivent permettre : d’établir un diagnostic des contraintes urbanistiques et architecturales ; d’élaborer le projet d’aménagements complémentaires ; de réaliser les études techniques et sanitaires des 50 constructions. Mais également : d’analyser la situation foncière, de réaliser les enquêtes socio-économiques de tous les occupants, d’évaluer l’aide financière pour la compensation de perte de domicile, de définir le plan de relogement ou encore de mettre en place l’accompagnement des ménages.
Par ailleurs, cette phase doit permettre d’orienter le choix du dispositif opérationnel et financier à mettre en œuvre (RHI/RHS...) et d’arrêter les modalités de mise en œuvre du dispositif retenu.
​Un point d’information bien accueillit par les habitants de Cité Grenade qui ont pu faire part de leur situation lors des échanges avec le Président de CAP Nord Martinique et les techniciens en charge de ces études. « Il faut qu’on aille vite », déclare Bruno Nestor Azérot tout en rappelant qu’il y a une procédure à respecter en accord avec tous les partenaires qui interviennent dans ce dossier.

 

 

« Je parle de femmes et d’hommes qui vivent en permanence avec l’amiante », souligne Me Raphaël Contant l’avocat de 17 des 50 occupants de Cité Grenade. La rencontre s’est achevée par des prises de rendez-vous avec les habitants pour les entretiens relatifs au diagnostic social et au diagnostic du bâti. Ces entretiens doivent avoir lieu à partir du mardi 8 mars et jusqu’au vendredi 25 mars prochain.

 

 

Actualités

Le Directeur d’EDF en Martinique, Xavier Fichau est venu mardi 6 décembre à la rencontre de Bruno Nestor Azerot...

La conférence des DGS des communes du territoire Nord s’est tenue lundi 5 décembre...

La soirée de lancement du « Magma Nord Festival » s’est tenue lundi 5 décembre à Sainte-Marie...

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.