.

Vous êtes ici

L’État prêt à accompagner le territoire

Partager: 

 

Le préfet de la Martinique, Jean-Christophe Bouvier était à CAP Nord Martinique le 19 janvier dernier. Il a échangé avec les élus de l’institution lors du Bureau Communautaire. L’occasion d’évoquer les projets, mais aussi les problématiques du territoire.

 

« On ne peut pas réussir seul », explique Bruno Nestor Azérot. Le Président de CAP Nord Martinique estime qu’il est important d’associer les services de l’État pour aller plus loin. « Les problèmes auxquels vous êtes confronté dépassent parfois vos compétences. Vous avez des projets nous pouvons vous dire en toute transparence où l’on peut aller et où l’on ne peut pas aller. Si on ne peut pas y aller on essaie d’être aux côtés de CAP Nord. Je suis convaincu de la richesse de ce territoire (biodiversité, énergie bleue, tourisme). C’est aussi une richesse culturelle », souligne Jean-Christophe Bouvier. Au cours de cet échange avec les élus plusieurs points ont été abordés comme la sécurité, la lutte contre les sargasses, les finances des collectivités ou encore la chlordécone. Le préfet estime qu’indépendamment de l’aspect judiciaire de cette question, la réparation passe par l’action. Il dit être en attente des propositions des élus.

 

 

 

Finances, Sécurité, Eau…

 

Le maire du Prêcheur Germain Duton, Président de la commission des finances a rappelé que CAP Nord Martinique avait le plus petit budget des 3 EPCI (environ 65 millions d’euros). Il a mis en avant la faiblesse de la capacité budgétaire de CAP Nord Martinique et réclamé un coup de pouce de l’État. Dans la même tonalité, Frédéric Buval, 2ème vice-président et maire de La Trinité considère qu’avec les difficultés financières de CAP Nord Martinique on ne peut pas toujours venir fortement en aide aux communes. « Il faudrait une ingénierie financière et aider toutes les communes à monter leurs projets ». Rappelant que la Sécurité est une mission régalienne de l’État, dans son intervention Frédéric Buval a mis l’accent sur le renouvellement des hydratants (poteaux et bouches d’incendie). « Le STIS (Service Territorial d’Incendie et Secours) a fait une étude et j’ai 50 % des hydrants qui ne fonctionnent pas sur le territoire. C’est une épée de Damoclès sur la tête du maire et il en va de sa responsabilité. Est-ce que l’état peut nous aider si on dépose un dossier ? », demande Frédéric Buval.

Par ailleurs, le maire de La Trinité dont la ville est impactée par les échouages d’algues brunes estime qu’il faut un véritable accompagnement de l’État sur les chantiers d’insertions pour retirer le plus rapidement les sargasses. De son côté, Olivier Jean-Denis conseiller communautaire du Lorrain s’est interrogé sur le déploiement des radars sur le territoire. Pour l’élu, il faut aller vers une éducation beaucoup plus globale. Il dit également attendre des signes forts de l’État concernant le dossier de la chlordécone. Sur la problématique de l’eau, Olivier Jean-Denis estime qu’il faut le soutien de l’État pour accélérer le plan de renouvellement des canalisations.

 

 

 

Engagement des projets…

 

En réponse aux interrogations des élus sur la Sécurité, le préfet a indiqué que la mission de l’escadron de gendarme mobile sera prolongée jusqu’au mois de mai. « C’est par des contacts mobiles que l’on arrive à intercepter les malfrats ».
En outre, il évoque la relance de la coopération avec Sainte-Lucie. Concernant l’implantation des radars, pour Jean-Christophe Bouvier leur présence dans l’île a bel et bien fait baisser la mortalité sur les routes de Martinique. « Il faut s’assurer de la remontée des projets, car la crainte est de voir remonter les fonds si les projets ne sont pas engagés ». En conclusion, Jean-Christophe Bouvier tient à afficher la volonté de l’État d’être aux côtés des élus du territoire.​

 

 

Actualités

Cette initiative vise à élaborer un diagnostic territorial social participatif et partagé...

Des outils modernes pour une optimisation des services administratifs...

Accompagner les familles et les personnes agées...

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.