.

Vous êtes ici

Un conseil communautaire décisif pour les élus de CAP Nord Martinique

Partager: 

 

Les élus communautaires de CAP Nord Martinique ont participé à leur dernier conseil communautaire de l’année ce vendredi 27 novembre 2015. A l’ordre du jour, des sujets essentiels : le classement de la Martinique au patrimoine mondial de l’UNESCO et la définition de l’intérêt communautaire pour les compétences exercées par la communauté. Les débats ont été aussi nourris à l’occasion de la présentation du schéma de mutualisation des services avec les communes membres.

 

 

La Martinique au patrimoine de l'UNESCO

 

La Martinique bientôt classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. En tout cas, c’est la conviction des élus de CAP Nord Martinique. Ils ont adhéré à l’unanimité au projet que sont venus leur présenter, au conseil communautaire du 27 novembre, Pascal Saffache, professeur de géographie à l’Université des Antilles, coordonnateur général de la mission UNESCO et Yohann Pelis, chargé de mission UNESCO (Parc naturel régional).
Les élus ont parfaitement mesuré l’impact, notamment touristique, du classement des aires volcaniques et forestières de la Martinique.

 

 

Pour le territoire Nord, plusieurs espaces naturels de qualité biologique et paysagère majeure ont été retenus : le Piton Mont Conil et les mornes adjacents, la Montagne Pelée et ses différents versants, le Morne Jacob, les Pitons du Carbet, la coulée forestière du Morne Rose à Fond Boucher et la presqu’île de la Caravelle.
De nombreuses autres zones à très haute valeur écologique, faunistique, floristique, botanique et ornithologique de la Martinique sont également concernées : la presqu’île des Trois-Îlets, la Montagne du Vauclin, les mornes calcaires de Sainte-Anne, le Morne Aca, la Ravine Saint-Pierre, le Morne Préfontaine, le Morne David, Bois La Charles, la Pointe Bateau, la Pointe Jean-Claude, le Rocher du Diamant, les îlets de Sainte-Anne et l’îlet Chevalier.

 

Majestueuse, silencieuse et portant bien vivante,             
la Montagne Pelée
La presqu'île de la Caravelle, curiosité géologique et
naturelle d'un intérêt majeur

       

 

Ainsi, tous les types d’écosystèmes végétaux et animaux et toutes les espèces autochtones et endémiques de Martinique sont pris en compte dans le cadre du projet UNESCO.

 

   

 

La candidature martiniquaise : où en sommes-nous ?

 

Le projet d’inscription de la Martinique au Patrimoine mondial de l'UNESCO n’est pas récent.
Résumé des principales étapes passées et à venir.

  • 2011-2013 : préfiguration du dossier scientifique
  • 2014 : inscription sur la liste indicative nationale du bien « Les aires volcaniques et forestières de la Martinique »
  • 2015 : Mise en œuvre d’une gouvernance opérationnelle
  • 2015-2016 : Mobilisation des acteurs, des gestionnaires, de la population autour du projet et rédaction de la DVUE (Déclaration de Valeur Universelle Exceptionnelle)
  • 2015-2017 : Élaboration d’un plan de gestion pour garantir l’intégrité du bien
  • 2015-2018 : Rédaction du dossier de candidature
  • 2019 : Évaluation du dossier par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature)
  • 2020/2021 : Évaluation finale au Comité du Patrimoine Mondial en vue de l’inscription du bien.

 

   

 

 

Pour une meilleure répartition des compétences entre communes et CAP Nord

 

La définition de l’intérêt communautaire pour certaines des compétences a recueilli le consensus des élus communautaires. Il est vrai que le sujet avait déjà été débattu lors d’un séminaire au Morne-Rouge le 6 novembre dernier. L’ensemble des élus et cadres de CAP Nord Martinique, les maires et directeurs généraux des services des communes membres avaient pu discuter de la nécessaire clarification des prérogatives des deux échelons de l’administration locale.

 

L’enjeu d’un tel débat réside dans la mise en cohérence des statuts de la communauté d’agglomération avec la stratégie de développement du territoire Nord. Néanmoins, il restait à trancher, en matière de développement économique, l’intérêt communautaire des zones d’activités existantes. C’est à l’unanimité que les élus de CAP Nord ont décidé du caractère communautaire de la zone du Bac à Trinité et du Parc d’activités Bernard Petit-Jean-Roget au Robert et ont validé l’ensemble des propositions de définition de l’intérêt communautaire, telles que présentées par leurs collègues, Kristelle Risal du Gros-Morne et Jiovanny William du Robert.

 

 

Au cours de la même séance, les élus ont adopté le schéma de mutualisation des services entre CAP Nord et ses communes membres. La sensibilisation des conseillers municipaux et des agents territoriaux doit se poursuivre, dans un contexte de diminution des fonds publics, par rapport aux objectifs stratégiques proposés :

 

  • Le développement d’une culture communautaire basée sur la solidarité, tout en garantissant aux communes leur identité territoriale,
  • Le renforcement de la cohérence et de la visibilité de l'action publique au service des usagers, à l’échelle de la communauté, conformément aux priorités de développement durable définies dans le Projet de Territoire,
  • L’amélioration de l'efficience des 18 communes membres et de CAP Nord en matière de gestion des ressources et des moyens,
  • L’amélioration du niveau de service rendu aux administrés en favorisant la proximité et l’accessibilité,
  • La modernisation des organisations et l’accompagnement au développement de compétences et d’expertises à l’échelle du territoire.

 

Actualités

Remise des clés de deux mini-bus...

Lutter contre l’insécurité dans les communes...

CAP Nord fête le mois de mai...

 

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.