.

Vous êtes ici

Ecotourisme nautique dans la Baie du Robert

Partager: 

 

CAP Nord Martinique a organisé une visite de terrain en mer le 15 décembre dernier, en vue de la découverte de l'écotourisme nautique. Cette activité innovante, a le mérite d'exister sur le territoire et de contribuer à la valorisation des milieux littoraux.

 

L’élaboration de la démarche de Contrat littoral a été marquée par un certain nombre de rencontres. Celles-ci ont pour objet, le portage à la connaissance de l’EPCI, des problématiques et enjeux environnementaux des milieux littoraux, mais aussi, des acteurs du territoire. Soit qui œuvrent en faveur de la préservation et valorisation du patrimoine naturel ou qui veillent à minimiser leur impact, vis-à-vis des écosystèmes dans le cadre de l’exercice de leur activité. C’est en ce sens que la cellule animation du Contrat littoral Nord, a été amenée à croiser la route des professionnels de l’écotourisme nautique, qui se donne pour leitmotiv, le respect de la nature. D’où cette visite, présentant une activité différente, du produit généralement proposé par les professionnels des excursions et sorties découvertes.

 

 

La visite de l’écotourisme nautique, a permis de comprendre en quoi elle s’inscrit dans le principe du respect de la nature. La cellule d’animation du Contrat littoral Nord de CAP Nord Martinique, a donc tenu à mettre en lumière ce type d’activité, représentant une opportunité de sensibilisation du grand public, au respect et à la protection de l’environnement, au travers d’une approche « Zéro déchets ». Dans le cadre de cette activité, tout est organisé de façon à éviter le moindre rejet en mer et dans l’air.
Cette visite a constitué une occasion supplémentaire, de se rendre compte de l’état du patrimoine naturel et culturel, au niveau des ilets de la baie du Robert et de sa partie marine. La première halte a été effectuée à l’îlet Chancel (70.24 ha).

 

 

Du fait de son accès aisé, ce site est particulièrement prisé pour les sorties découvertes le week-end, comme en semaine, lors de la saison touristique et fait donc l’objet d’une sur fréquentation. C’est en ce sens que les qualités paysagères,  mais  aussi la  conservation  des vestiges historiques, comme un four à chaux, signes d’existence d’une ancienne habitation sucrière, est menacée. L’îlet Chancel se présente également comme un site particulièrement adapté et propice à la reproduction de l’iguane des Petites Antilles, l’Iguana Delicatissima identifié comme en grand danger d’extinction.

 

La seconde halte a concerné l’îlet Madame. Il compte parmi les 10 îlets du Robert. Avec une superficie de 2.86 ha, c’est avec l’îlet Chancel, le site le plus visité de la Baie du Robert.

 

 

Ce dernier fait l’objet d’un Arrêté de Protection de Biotope (APB) en vue d’une préservation des espèces en présence. C’est en ce sens qu’un certain nombre d’équipements (carbet en bois, ponton et barbecues) ont été mis en place pour éviter les élagages sauvages, les feux sauvages, la dégradation des pierriers et de gérer au mieux la fréquentation et le déplacement des visiteurs.

 

Caractéristiques physique de l’îlet Madame :

 

  • Faible altitude
  • Végétation spécifique de la zone sèche
  • Substratum pauvre composé de pierriers (roches apparentes) lié à une érosion de la couche humifère du sol
  • Faible pluviosité                                                                                                                                   
  • Fort hydrodynamisme autour de l’îlet d’où la présence de débris coquilliers et de coraux sur la plage
  • Présence de structures naturelles de type Beach Rock (mélange de calcite précipité sur du sable  dans  lesquelles  sont  emballés  des  roches  volcaniques) constitue  une  barrière naturelle contre l’érosion
  • Langue sableuse suivi d’un fond blanc parsemé d’herbiers

 

Dans le passé, l’îlet a subi des dégradations au niveau notamment de sa végétation. On parle à cette heure de végétation secondarisée, donc non primaire, car elle s’est reconstituée au fil des années suite à un possible déboisement puis un phénomène d’érosion dans le passé. L’important recul de langue sableuse de l’îlet, est un marquant de l’érosion côtière qui s’exerce sur l’îlet.

 

La barrière corallienne qui entoure l’îlet, se présente comme un rempart naturelle contre l’érosion, l’effet de la houle, et constitue un réservoir de biodiversité d’où l’intérêt de la préserver en considérant un cercle vertueux suivant :

 

Diminution  des  impacts d’origine anthropique => Amélioration de la qualité de l’eau => Amélioration de l’état de santé des écosystèmes => Augmentation de la richesse halieutique.

 

En somme,  les îlets et la baie présentent de vrais atouts paysagers, avec une grande variété d’espèces végétales pour un espace aussi réduit, mais d’une remarquable fragilité.

 

L’érosion, tant côtière, qu’à l’intérieur des terres, est relativement forte, à laquelle s’ajoute une pression anthropique croissante.

 

Actualités

Le 1er comité de financeurs du programme Petites Villes de Demain (PVD) de CAP Nord Martinique s’est tenu le jeudi 2 février 2023...

Le préfet de la Martinique, Jean-Christophe Bouvier était à CAP Nord Martinique le 19 janvier dernier...

CAP Nord Martinique a organisé une visite de terrain en mer le 15 décembre dernier...

En un clic

 

 

 

A PROPOS DE CAP NORD

2014, année du changement...
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique devient "CAP Nord Martinique", la Communauté d'Agglomération du Pays Nord Martinique. Une métamorphose mûrement réfléchie.